veronica_becce_bunga><

Le microcosme de la maison 

Le constructeur de la maison traditionnelle s’inspirait de la création du monde. Epargnés par les guerres et le temps, quelques édifices anciens témoignent toujours de ce précepte. C’est la voûte céleste et son mouvement qu’imitaient nos lointains ancêtres architectes, maçons et charpentiers,  afin que la maison soit l’intermédiaire entre le Ciel et la Terre.

Les projets actuels font totalement abstraction de ces principes. Les architectes modernes se livrent aux plus étonnantes prouesses techniques, et toujours plus osées, provoquant pour ainsi dire les lois cosmiques. Certes leurs exploits, fruits de l’imagination et de l’ingénierie, apportent confort. Ainsi, l’originalité et l’exploit font l’art de nos jours.
Or, les nouvelles règles d’urbanisation, au regard de l’environnement et des nouveaux principes de l’écologie moderne, n’ont nullement été mises en rapport avec les lois cosmiques ou du « Ciel » dont tout dépend.

La maison se situait, par analogie, au point d’intersection des quatre directions cardinales et de l’Axe du Monde, c’est à dire au centre même des six rayons de la « croix dans l’espace ». L’édifice était ainsi placé au centre du Monde. La cheminée centrale symbolisait l’Axe Mundi qui traversait la maison entière pour s’enfuir par le puits central. Quant aux quatre pans de mur, ils s’élevaient autour du foyer, centre de la maison et du monde par analogie, face aux quatre points cardinaux respectifs. Enfin, la distribution des pièces correspondait théoriquement à un stade déterminé de la vie quotidienne et même de la vie humaine. Par exemple, la cuisine, la pièce de vie généralement, était orientée vers l’Orient. (1)

La maison, se situait donc  au centre du cosmos, par analogie, là où brûle le foyer, au cœur de l’habitation analogue au cœur de l’homme, et, au passage  du 7ième rayon divin, invisible.

Nous reviendrons sur ce sujet en prenant l’exemple d’une maison régionale construite dans les règles de la tradition.

(1) Ananda K. Coomaraswamy, la Porte du Ciel – Dervy Livres – 2008 – page 43 : Le centre de toute habitation est analogiquement le centre, du centre hypostasié du monde et se trouve placé au-dessous du centre similairement hypostasié du Ciel, au pôle opposé de l’Axe qui traverse l’édifice aussi bien que l’univers qu’il représente. La Maison est par conséquent un symbole de l’univers. Le travail de l’architecte est imitation de la matière.

Ouvrages consultés:
Ananda K. Coomaraswamy
, la Porte du Ciel – Dervy Livres – 2008
René Guénon, Le Symbolisme de la Croix.
Joystan K. Nilakanthan, La science de l’habitat en Inde de Joystan K. Nilakanthan – Gothîvi, le chemin de la Lumière.
 
 

Croix dans l'espace

Croix dans l'espace
La Maison tradtionnelle est un microcosme dans la mesure où l'axe mundi la traverse symboliquement.